Pourquoi avons-nous peur d’être heureux

Est-il vrai que celui qui rit beaucoup pleurera beaucoup à la fin?

Imaginez la situation. Vous avez été promu au travail, votre salaire est maintenant plus élevé et votre patron et vos collègues ont prononcé de nombreuses paroles agréables. Dans quelques semaines, vous partirez pour des vacances attendues depuis longtemps, tout est calme chez vous et vous n’avez pas à vous plaindre de votre santé.

Il semblerait que tout va bien, vous pouvez vous détendre et profiter de la vie. Mais vous ne ressentez aucune joie. Au contraire. À l’intérieur, quelque part derrière le plexus solaire, une vague alarme se déclenche et se retourne. Oui, maintenant tout va bien, mais tout à coup, quelque chose de terrible va se passer?

Si vous ressentez quelque chose comme cela, alors vous êtes confronté à la peur de la rétribution pour le bonheur. D’une autre manière, on parle de chérophobie ou d’hédonophobie.

Quelle est cette peur

Littéralement, « la térophobie » se traduit par « la peur de la joie ». Ce n’est pas une maladie, il n’y a pas de tel diagnostic dans la CIM-10. Statistiques, combien de personnes ont peur d’être heureux, personne ne mène également. Cependant, certains médecins considèrent la chérophobie comme une forme de trouble anxieux. Ils ont développé la soi-disant «échelle de la peur du bonheur». Et voici quelques déclarations qui révèlent qu’une personne souffre de cette maladie:

  • Je ne veux pas me réjouir parce que la tristesse vient pour la joie.
  • Je crois que plus je me réjouis, plus de mauvaises choses vont m’arriver.
  • Pour les bons moments, les mauvais viennent souvent.
  • Si vous vous amusez beaucoup, quelque chose de terrible va se passer.
  • Une joie excessive entraîne de mauvaises conséquences.

Ceux qui sont enclins à la chérophobie croient qu’un terrible calcul viendra certainement pour leur bonheur et leur divertissement, et qu’un événement tragique se produira dans leur vie. Par conséquent, ils se blâment pour les émotions violentes et interdisent de se réjouir trop.

Et parfois, ils refusent même d’aller, par exemple, à un concert ou à une fête. Ou éloignez-vous d’eux-mêmes des opportunités pouvant mener à des changements positifs.

Par exemple, la crainte d’un changement d’emploi peut être non seulement une crainte de l’inconnu, mais aussi une crainte d’être heureuse: «Tout à coup, je trouverai un excellent travail, puis quelque chose de grave m’arrivera, car vous devez toujours payer pour le bien. » À propos, certains psychologues pensent que ces deux craintes sont étroitement liées.

Pourquoi avons-nous peur d’être heureux

Pensée magique

Peu de gens n’ont pas entendu le proverbe « Riez beaucoup, vous pleurerez beaucoup ». Elle a des variations, mais l’essence n’en est qu’une: ne vous réjouissez pas, sinon ce sera mauvais. Il semblerait, juste un dicton, est-ce vraiment à cause d’elle que quelqu’un a peur d’être heureux?

Cependant, les proverbes, les chansons, les proverbes et les contes ne semblent qu’offensifs. Ils forment certaines attitudes dans nos esprits. Souvent négatif. Et influer sur la façon de penser et l’attitude envers la vie.

Même les sceptiques, voyant un chat noir traverser le chemin pour eux, non, non, et même se demander s’ils devraient aller dans l’autre sens.

Et si l’enfant qui rit a souvent été coupé et a dit qu’il avait diverti des démons et qu’il devrait payer avec larmes pour rire, il est probable que cette idée prenne racine à son insu et aboutisse à la chérophobie.

  Comment et pourquoi créer votre propre crypto-monnaie

C’est l’une des options de la pensée magique: une personne tente d’éviter le malheur à l’aide de certaines actions ou de certains rituels. Par exemple, suspend un fer à cheval au-dessus de la porte. Ou essayer de s’amuser moins.

En passant, les proverbes et la sagesse populaire ne sont pas à blâmer. Il existe d’autres revendications tout à fait modernes qui nous font croire que le chagrin suit nécessairement le bonheur. Par exemple: la vie est comme un zèbre, elle a des rayures noires et blanches. Ou une version plus «mathématique» de cette idée: la vie suit une sinusoïde.

La religion

«Malheur à toi, rigole maintenant! Car vous pleurerez et pleurerez ”, dit l’évangile selon Luc dans l’évangile de Luc (Luc 6:25). Il est probable que l’idée du rire pécheur, après lequel vous devrez certainement pleurer, est venue de cette déclaration. Oui, il a des interprétations différentes, des interprétations qui ne sont pas toutes simples. Mais l’interprétation et le contexte ne concernent pas toujours les gens: dans leur esprit, l’idée elle-même est d’abord figée: être heureux est mauvais et effrayant.

Cette idée, sous une forme ou une autre, se retrouve à plusieurs reprises dans les textes religieux.

Ce n’est pas le rire qui est mal, mais le mal c’est quand ça arrive sans mesure, quand c’est inapproprié. La capacité de rire est enracinée dans notre âme pour que l’âme reçoive parfois un soulagement, et non pour qu’elle se détende.

Jean Chrysostome, vol 12, partie 1, conversation 15

La lamentation vaut mieux que le rire; parce qu’avec le chagrin du visage, le coeur est amélioré.

Eccl. 7: 3

Si vous saviez ce que je savais, alors, bien sûr, vous ririez un peu, mais pleurez beaucoup!

Hadith

Vous pouvez être incrédule et être sceptique face à de tels textes. Mais les idées religieuses – à travers la culture, la politique et l’opinion publique – sont toujours reflétées dans notre vision du monde et forment un certain mode de pensée. Ce qui nous oblige à diviser la joie en modérée et immodérée et à avoir peur de la punition pour le fait qu ‘ »ils ont trop ri ».

Детские травмы

Les psychologues estiment que les attitudes des parents et les blessures chez les enfants peuvent être à la base de la chérophobie. S’il était de coutume dans la famille de maîtriser les émotions positives et de s’attendre constamment à une punition pour la joie et l’amusement, il est probable que l’enfant apprenne cette façon de penser et l’amène avec elle à l’âge adulte. Ainsi que l’anxiété qui affecte les enfants de parents anxieux.

De plus, la peur de compter pour le bonheur peut surgir si un lien s’est créé dans l’esprit de l’enfant entre plaisir et punition.

Par exemple, ils lui ont crié après avoir peint le papier peint avec de la peinture avec enthousiasme ou assaisonné la soupe avec du poivron rouge et de la nourriture pour chats. L’homme s’amusait beaucoup, mais après l’amusement, la punition s’imposait: ils élevaient la voix, emportaient des jouets, les plaçaient dans un coin, peut-être même les battaient. Si une situation similaire se répète souvent, l’enfant peut apprendre que s’amuser est une mauvaise idée.

  7 stéréotypes sur le travail du barman

La tchernophobie est associée non seulement à la punition et aux abus. D’autres événements traumatiques peuvent y conduire. Par exemple, les parents ont ouvert leur propre entreprise, au début, tout s’est très bien passé. Et puis les difficultés ont commencé, la compagnie a brûlé. J’ai dû me serrer la ceinture, m’endetter, abandonner le confort habituel. De telles histoires peuvent frapper l’enfant et former l’attitude: si tout va bien maintenant, quelque chose de grave se produira bientôt.

Comment gérer la peur du bonheur

Comme la chérophobie n’est pas une maladie, il n’existe aucun traitement. Pour commencer, vous pouvez essayer de vous en sortir vous-même. Voici ce qui peut aider.

  • Tenir un journal. Vous pouvez exprimer vos préoccupations sur papier et déterminer d’où elles viennent. En outre, les pratiques écrites réduisent le stress et aident à éliminer les peurs et les pensées négatives obsessionnelles.
  • Méditation. Vous pouvez parler de ses avantages pendant très longtemps. La méditation aide à faire face au stress et à l’anxiété, à normaliser la pression artérielle et le sommeil et à éliminer les dépendances.
  • Yoga. Outre le fait que la pratique régulière rend le corps fort et flexible, elle aide également à faire face à l’anxiété et à la dépression.

Si la peur du châtiment pour le bonheur vous empêche de profiter de la vie et que vous ne pouvez pas y faire face, assurez-vous de consulter un thérapeute. Cela vous aidera à découvrir les sources de votre peur et à résoudre les situations qui ont conduit à son apparition.

Publié dans : Vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *